logo
typo
NAUCELLE.COM * Informations, annonces et débats * NAUCELLE (Aveyron, Occitanie,France) * COURRIEL
LA QUALITE, LA TRADITION, LE SERVICE...
BOUCHERIE VINCENT PALUZZANO
BOUCHERIE, CHARCUTERIE, CONSERVES, PLATS CUISINES...
5, rue Droite; 12800 Naucelle; tél. 05 65 72 11 59
Samedi 19 octobre 2019 blason
arts-et-culture_315 | copainsdac | 06/08/2019*08:15
LA QUINCAILLERIE

Benjamin Carbonne du 10 au 27 août

-


Perf au marché


L'exposition de Benjamin Carbonne à la Quincaillerie s'est terminée ce samedi. Juste avant le décrochage, sur la place de l'Hôtel de Ville, pendant le marché, l'artiste a peint ce visage.



-



C'est rare, mais pour cause de festival du livre et de la BD je nétais pas à ce vernissage. Monique Cance et l'Office de Tourisme m'ont donné quelques photographies.

En voyant la palette de peintres je me suis aventuré à ce petit commentaire :

Souvent, à la fête de la musique à Sète, les copains d'accord's ( groupe vocal enfantin de l'école Brassens de Baraqueville) avaient à leur répertoire la complainte du bricoleur de Georges Brassens.
Les jeunes filles du groupe étaient toutes fières de chanter :

"Mon dieu quel bonheur, mon dieu quel bonheur d'avoir un mari qui bricole. "
En découvrant cette scène je me dis, tiens, est que les garçons n'auraient pas fait une nouvelle adaptation :
"Mon dieu quel bonheur, mon dieu quel bonheur d'avoir une femme qui aime peindre"
Et le dernier refrain, malheureusement pour le bricolage disait :
"Mon dieu quel malheur, mon dieu quel malheur d'avoir un mari qui bricole "


Pour la peinture je vous laisse juges



-



Le moment de bravoure de tout vernissage : la présentation de l'artiste par Pierre Cluzel

Le corps, ce corps, notre corps « le tien , le mien,
Celui qu'on veut nôtre » disait la chanson,
Unique, irremplaçable,
Beau et laid à la fois,
Si complice et parfois si encombrant,
Objet de tant de désirs et de tant de mésaventures,
Obsède nos consciences et celle des artistes depuis la statuaire antique qu?elle soit perse, grecque, ou renaissante, moderne ou contemporaine.
Le corps est célébré, magnifié, honoré encore aujourd?hui et jusqu'en la nuit des temps.
Parce qu'il est mortel ? Parce qu'il est vivant et évolutif ? Parce qu?il nous encombre et nous ravit ?
Ce corps oh combien générateur, de suivisme, de conservatisme, de pudibonderie, de régénérescence, d'idolâtrie, voire de transgressivité?, nous fuit et nous suit, tel une ombre immédiate et pourtant éternelle.
Ce corps qui nous précède en une fatale destinée, notre presque contemporain et voisin d?un temps, Antonin Artaud en fit le siège et l'objet, de tous ses fantasmes, de toute sa souffrance, de toute sa générosité et de toute sa créativité.
Certains le coiffent, l'épilent, le vident des substances molles et périssables puis l?embaument comme un Toutankhamon ; d'autres l'habillent, le vêtent, le drapent comme un Moïse Renaissance quand beaucoup le dénudent et c?est singulièrement vrai pour maints artistes qui du galbe d?un sein forcent notre admiration et notre convoitise, qui d?un tour de rein portent et provoquent espérance ou bien désillusion.
Comme une obsession entêtante qui n'en finit pas d?affirmer sa présence, le corps est là.
Quidams, artistes reconnus et révérés, esthètes patentés l?admirent, l?auscultent et le vénèrent.
Certains le magnifient tel le David de Michelangelo pendant que d?autres le transfigurent telle une silhouette filiforme et marchante à la Giacometti ou celle-ci aux rondeurs et couleurs de Nicky De Saint-Phale.
Benjamin Carbonne s'inscrit-il, ou pas, dans cette veine, dans cette histoire de l'art ?
Malgré lui ou en toute conscience ?
Car on dit que l?art brut n?a pas d?histoire, qu?il peut se passer de tout modèle, qu?il parle un langage neuf.
Benjamin Carbonne nous dira, peut être, s'il le veut bien, il nous dira où se niche son authenticité, son processus créatif ; en tout cas nous sommes sous le charme, nous sommes intrigués par la fulgurance de son trait, par l?éclat et la brillance de ses noirs et ses blancs, par ses corps souvent partiels et soumis au scalpel de l'esprit donc encore plus interrogateurs, encore plus vifs et esthétiquement intrigants.
Notre hôte, Benjamin Carbonne.


Edition par copainsdac le 25/08/2019*09:16


sur internet
sur le site


JALENQUES
Journée portes ouvertes dimanche 29 septembre 2019

-

© naucelle.com # Système de publication Chantalouette-v7 (Tous droits réservés - Hubert Plisson * 2003-2019)
Logo de Naucelle Web Site PHP7